Innovaud Connect INDUSTRIETIC

La révolution digitale est bien là. Quelle soit petite, moyenne ou grande, toute entreprise qui manque aujourd’hui le virage de la digitalisation s’expose dans un avenir proche à des risques concurrentiels et se prive de nouvelles opportunités de développements de marchés.

Mais une transformation digitale ne s’improvise pas. Comme nous l’explique Jean-Mi Stauffer, Conseiller en Innovation d’Innovaud basé à Y-PARC : « La numérisation ou digitalisation d’une entreprise est une transformation globale qui doit se faire à travers toute sa chaîne de valeur. Cela implique une adaptation des modèles d’affaires, de nouveaux modèles de marketing et de vente, une évolution de la gestion de l’exploitation et de l’entretien et potentiellement la mise en place de nouveaux moyens de production. » Le défi est considérable.

Si ces changements peuvent concrètement faire peur aux dirigeants, il était important, voire crucial pour Innovaud de montrer que le virage de la numérisation n’implique pas systématiquement un changement de rupture, mais bel et bien une adaptation de l’existant qui peut et doit se faire par étapes successives. Pour ce faire, une trentaine d’invités issus d’entreprises vaudoises ont été conviés le mardi 7 novembre 2017 au STarmac de la HEIG-VD d’Yverdon-les-Bains pour un Innovaud Connect sur le thème « Le Digital dans mon entreprise, un soutien à l’innovation ? Un premier pas vers l’industrie 4.0 ? ». A cette occasion deux entrepreneurs ont eu l’opportunité de présenter leurs expériences dans la digitalisation d’entreprises de la région.

Après avoir introduit la thématique de la soirée et permis aux invités de se présenter rapidement, Jean-Mi Stauffer d’Innovaud a passé la parole à nos hôtes, MM. Vincenzo Pallotta et Stefano Ventura. Tous deux ont été fortement impliqués dans la création de l’espace de pré-incubation STarmac. Depuis de nombreuses années, la HEIG-VD stimule et soutient l’innovation et l’esprit d’entrepreneuriat au travers de formations, de coaching, de prix et de distinctions, mais aussi de liens avec les organismes de soutien à l’innovation de la région. Depuis janvier 2017, ces différentes initiatives se rassemblent sous un même nom et en un même lieu : STarmac. La HEIG-VD compte parmi ses startups à succès des noms tels que les scale-ups NetGuardians et DEPsys, mais aussi des startups telles que Lambda Health System ou Novaccess.

Le premier intervenant de la soirée était M. Michel Perrin, directeur général d’UDITIS. Sa société basée à Peseux (Ne) a travaillé très tôt sur des projets de transformation digitale en entreprise. Sans renier l’importance des défis techniques, ce dirigeant constate que l’humain doit rester au centre de toutes les réflexions. Fort de son expérience, Michel Perrin nous confirme que la digitalisation – si bien conduite - a des avantages non négligeables : elle permet de redonner du sens à l’activité de l’entreprise, de ‘’numériser pour humaniser’’ son activité. Comme il l’explique à nos invités, l’innovation et le digital permettent par ailleurs de décloisonner les activités, de libérer des compétences et des énergies insoupçonnées.

La deuxième société en lice de la soirée montre parfaitement comment le numérique peut permettre de passer de l’artisanat à l’industrie. Saulcy Traitement de Surface SA dispose aujourd’hui de 3 sites de production répartis sur plusieurs berceaux géographiques de la Haute Horlogerie Suisse : Le Sentier, La Chaux de Fonds et Develier. Devenu un interlocuteur privilégié depuis 10 ans dans le domaine des traitements de surface, STS compte 360 clients.
C’est donc avec beaucoup d’intérêt que nos invités ont pu découvrir comment l’entreprise de la Vallée de Joux a intégré numériquement les flux logistiques, le suivi de la production, la finance, les RH, la gestion de la qualité et la planification. Comme nous l’explique son directeur, M. Frédéric Saulcy, cette démarche a permis à son entreprise de rester compétitive et de répondre à une demande croissante sur un marché toujours plus exigeant.

Au vu des deux interventions de cette soirée très riche en échanges, il apparaît que le digital est bel et bien un levier de l’innovation qui n’implique pas nécessairement un changement de rupture mais une adaptation de l’existant basée sur une solide réflexion et une vision précise du management. Si la digitalisation a permis à STS de se rapprocher de l’industrie 4.0, son exemple montre tout le potentiel de la numérisation pour les acteurs de l’économie vaudoise qui pourront valoriser la qualité de leur production à l’avenir.

Rédigé par Eugène Schön