InnovaudConnect CLEANTECH

L’innovation technologique va être amenée à jouer un rôle clé dans le domaine de l’eau ces prochaines années. Que ce soit dans sa distribution, le contrôle de sa qualité ou le retraitement des eaux usées, les besoins sont considérables, en Suisse comme dans le reste du monde. De par la qualité de ses acteurs et de ses infrastructures, le Canton de Vaud est particulièrement bien placé pour saisir les opportunités de ce marché. 

Près de 30 entreprises et organisations vaudoises se sont données rendez-vous le 21 novembre dernier à Tecorbe pour un Innovaud Connect dédié aux Technologies et à l’Eau, un secteur riche en opportunités.  Jean-Michel Stauffer, conseiller en innovation d’Innovaud, a lancé la soirée devant un parterre d’experts et d’entrepreneurs actifs dans le domaine. Après une brève introduction, Jean-Philippe Petitpierre, directeur de Tecorbe a pris le relais pour présenter son technopôle.

Se voulant un levier pour les sociétés, un soutien pour les PME locales et un centre de référence pour les technologies propres, Tecorbe héberge déjà 17 startups et entreprises parmi lesquelles on retrouve des projets comme Avalgo. La société a développé une machine novatrice destinée à aspirer les algues pour rendre propres nos ports et nos plages sans détruire l’écosystème et revaloriser cette riche matière première.

La deuxième présentation de la soirée a permis de faire connaître le cluster CleantechAlps, la porte d’entrée des technologies propres en Suisse Occidentale. Outil de développement économique pour renforcer le tissu industriel cleantech, le cluster dispose d’un réseau de plus de 700 acteurs. Comme on a pu le découvrir dans la présentation d’Eric Plan, directeur de CleantechAlps, l’eau fait partie des filières prioritaires du cluster. On a pu aussi découvrir le poids économique d’un secteur très diversifié, le rôle central des communes et ses besoins futurs, notamment dans le traitement des eaux usées. On a enfin appris que la Suisse investit de plus en plus dans les technologies propres, ce qui place notre pays pour l’année 2016 en tête en matière de brevets déposés relatifs à sa population, et ceci devant l’Allemagne. 

Sur le marché de l’eau, les opportunités qui s’offrent à nos acteurs existent aussi hors de Suisse. On pense aux projets R&D transnationaux (H2020, Eureka/Eurostar) tout comme ceux entrepris en Afrique du Nord, une région avec des besoins importants. Tous ces appels d’offres sont publiés sur le site de CleantechAlps. 

Notre troisième intervenant de la soirée, le Professeur Urs von Gunten nous a permis de nous pencher sur une problématique où l’expertise de nos centres de recherche et de nos entreprises sera nécessaire. Il s’agit du renouvellement de nos centrales de retraitement des eaux usées en vue d’éliminer les micropolluants, ces substances présentes dans d’innombrables produits d’usage courant. Pour faire face à ce défi majeur pour la préservation de nos cours d'eau, le professeur a fait un point sur l’état des recherches et passé en revue les différentes méthodes existantes, des techniques d’ozonation à l’utilisation de PAC (Powdered Activated Carbon). 

La dernière présentation de la soirée était consacrée au financement des projets dans les technologies de l’eau. Nos participants ont pu découvrir Swiss Bluetec Bridge, un véritable pont de financement (éthique) vers le marché de l’eau dans les pays émergents.  Comme nous l’explique sa directrice, Madame Violette Ruppanner, l’initiative lancée en novembre 2012 et financée par la DDC (Direction du développement et de la coopération) a pour mission de mettre la technologie et l’innovation suisse dans le domaine de l’eau au service de clients à faible revenu, en milieu rural ou dans les petites villes de pays en développement ou émergents. 

Pour ce faire Swiss Bluetec Bridge soutient des projets en leur proposant un financement attractif (prêt sans intérêt, jusqu’à CHF 250'000), un soutien technique / managérial ainsi qu’un réseau de spécialistes. Les projets soutenus peuvent porter sur la purification de l’eau pour la consommation humaine ou l’agriculture, sur la fourniture d’eau, sur la préservation de la qualité de l’eau ou une utilisation plus efficace. Six entreprises suisses - dont plusieurs romandes - sont déjà financées par cette initiative. Le prochain appel à propositions sera lancé en mai 2017. 

Au terme de cet événement très riche organisé à TecOrbe, il est encourageant de constater toute l’expertise et l’étendue des compétences des acteurs vaudois dans le domaine des technologies de l’eau.

Rédigé par Eugène Schön