InnovaudConnect INDUSTRIE

Les entreprises actives dans la Microtechnique ou la sous-traitance dont le marché est directement lié à l’horlogerie pourraient être tentées de se diversifier et considérer l’opportunité offerte par le marché à haute valeur ajoutée du Medtech. Si cette démarche ouvre de nouvelles perspectives, la mutation en sous-traitant ce marché s’avère particulièrement délicate en raison de cadres réglementaires et de temps de cycles complètement différents. Une approche mûrement réfléchie s'impose. 

Pour permettre aux entreprises de mieux comprendre les enjeux et les opportunités liés à ce changement de marché, Innovaud a organisé un Innovaud Connect « Microtechnique et Medtech » le jeudi 11 mai dernier dans les locaux de la maison André Gueissaz SA à Yverdon. 

C’est devant un parterre de professionnels et d’experts issus d’entreprises de la région que Jean-Michel Stauffer, conseiller en innovation d’Innovaud, a lancé cette soirée dédiée au passage de la Microtechnique au Medtech.  Après une brève présentation de Serge Wydler, directeur d’André Gueissaz, la parole a été donnée à Michael Maier, Senior Partner de Medidee, une société vaudoise basée à Epalinges qui fournit une expertise pour la mise sur le marché de dispositifs médicaux tels que les outils chirurgicaux, implants, dispositifs actifs, implants actifs, systèmes robotisés et équipements médicaux. 

Particulièrement instructive, cette première intervention a permis de traiter des exigences et des étapes essentielles lors de la transformation en sous-traitant Medtech. Nos participants ont pu par exemple en savoir plus sur ce marché à haute valeur ajoutée, les attentes de ses clients et les implications de la norme ISO 13485 qui précise les exigences des systèmes de management de la qualité (SMQ) pour l'industrie des dispositifs médicaux. 

La deuxième intervention a permis de découvrir l’expérience d’André Gueissaz. Partie intégrante de Ruetschi Technology, la PME vaudoise est aujourd’hui reconnue pour ses applications dans l’injection plastique et le medtech. Comme nous l’a expliqué son directeur Serge Wydler, la mutation de l’entreprise débute en 2008 avec le lancement du projet de certification ISO 9001 et 13485. Deux ans plus tard, André Gueissaz signe le premier développement de dispositif médical. Ces efforts lui permettent de présenter en 2015 son premier kit de chirurgie stérile et de gérer à partir de l’année suivante son premier dossier complet pour marquage CE d’un dispositif médical. 

Pour l’entreprise d'Yverdon le passage au Medtech a impliqué un véritable changement culturel dans l’entreprise, une mise à nu de ses processus et la maîtrise de toute la chaine d’approvisionnement, une stratégie exigeante qui s’est avérée payante sur le long terme. 

La dernière présentation de l'événement a permis de retrouver Valtronic. En parlant des exigences et des opportunités liées aux cycles de vie produit, le General Manager de l’entreprise qui emploie 350 employés qualifiés, Stéphane Porchet, est revenu sur une industrie en pleine mutation, avec des changements constants en termes de normes, une complexité technologique croissante et de nouvelles attentes clients / patients dans un marché toujours plus compétitif. 

Au terme de cet événement une nouvelle fois très riche, force est de constater que la mutation de la Microtechnique au Medtech ne se fait pas du jour au lendemain. Si la démarche ouvre de nouvelles perspectives commerciales, elle nécessite une adaptation à un nouveau marché qui exige une approche professionnelle et des compétences de pointe, heureusement bien disponibles dans notre canton.

Rédigé par Eugène Schön