Meet the Innovation Parks INDUSTRIELIFE SCIENCECLEANTECHTIC

Pas besoin d’être dans un des six technopôles du Canton de Vaud pour bénéficier de leurs infrastructures et plateformes techniquement avancées. C’est ce que les 150 participants ont pu concrètement découvrir le lundi 14 novembre lors d’une soirée inédite organisée par Innovaud à l’Université de Lausanne (UNIL).

L’année 2016 a été une nouvelle fois particulièrement favorable aux startups vaudoises. Vingt-neuf se placent parmi les 100 meilleures de Suisse, 5 dans le top 10, la première – L.E.S.S. - est lausannoise. Toutes ces entreprises prometteuses ont pu bénéficier des infrastructures et compétences proposées par les parcs d’innovation et les incubateurs du Canton. A l’occasion de la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat (14-20 novembre 2016) il était important pour Innovaud de montrer aux futurs entrepreneurs qu’ils peuvent aussi bénéficier de ces infrastructures sans y être installés.

C’est devant un public constitué d'étudiants, de professeurs et de doctorants que Patrick Barbey, directeur d’Innovaud, a lancé la soirée. Après une brève introduction, il a donné successivement la parole aux six parcs d’Innovations vaudois qui hébergent 412 entreprises et emploient 3’661 personnes.

Le round des présentations a débuté par les Ateliers de Renens. Grâce à sa proximité avec l’ECAL, le parc d’innovation offre un environnement particulièrement intéressant pour les projets dans le design et l’innovation sociale. Ses infrastructures lui permettent d’accueillir le prestigieux incubateur de MassChallenge Switzerland, un MakerSpace prolifique et un espace de coworking très actif, UniverCité – Hackuarium, qui organise chaque mois de nombreux événements ouverts au public

Dans un domaine très différent, TecOrbe est devenu l’épicentre vaudois de l’innovation cleantech. Hébergeant 17 startups et entreprises, le parc d’Innovation d’Orbe permet - de par sa situation en zone industrielle - de tester des équipements bruyants, lourds, voire «malodorants» dans une démarche de certification / d’industrialisation, par exemple. Ce qui n’implique pas d’y déplacer son siège. Un réel avantage comme l'explique son directeur Jean-Philippe Petitpierre.

Spécialisé dans les sciences de la vie, le Biopôle d’Epalinges a aussi beaucoup à offrir, comme l’explique Olivier Philippe, Head of Business Development & Corporate Relations. Grâce à sa proximité avec le CHUV et l’UNIL, le Biopôle regroupe des compétences de pointe autour de 4 axes d’avenir : la nutrition, la médecine personnalisée, l’immunologie et l’oncologie. Abritant 30 compagnies et 10 centres de recherche d'entreprises telles que Nestlé, le Biopôle se prépare à accueillir en 2018 et en 2020 deux nouveaux bâtiments qui permettront d’enrichir les compétences existantes, notamment dans le domaine de l’oncologie, domaine dans lequel le parc collabore déjà avec le Centre Suisse du Cancer AGORA et l’Institut Ludwig.

Grâce à ses partenaires le Swiss Welding Institute (SWI) et le Centre Professionnel du Nord Vaudois (CPNV), le Technopôle de Sainte-Croix se positionne aujourd’hui comme un centre de compétences en microsoudure incontournable en Suisse et dans le monde. Grâce à des machines CNC très avancées et l’arrivée cet automne d’une imprimante 3D métal industrielle, le technopôle - en collaboration avec la HEIG-VD - va pouvoir mettre à disposition des startups et labos de recherche des capacités de réalisations de prototypes plaçant le parc à la pointe dans le domaine de l’Advanced Manufacturing. Nicolas Weber, le directeur du Swiss Welding Institute (SWI), a expliqué que le technopôle de Sainte-Croix propose un centre de formation de certification ESA (European Space Agency). 

Trait d’union entre la recherche de pointe accomplie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et le monde des startups, l’EPFL Innovation Park (EIP) a plus de 20 ans d’histoire. Comme nous l’explique Jean-Philippe Lallement, directeur de l’EIP, l’offre du parc n’a cessé de se développer ces dernières années. Proposant un espace de coworking, différentes solutions d’hébergement destinées aux entreprises et aux centres de recherche, le parc propose des conditions de travail uniques ainsi que des mesures de soutien accessibles à tous les entrepreneurs, notamment dans le domaine de la formation. Début 2017, l’EIP se prépare à lancer le premier accélérateur de Suisse dédié à l’EdTech (Education Technology) et ses acteurs. 

Présenté par Sandy Wetzel, le Swiss Technopôle Y-PARC d’Yverdon-les-Bains a pour sa part une vocation industrielle avec plusieurs PME importantes comme Heraeus, Colibrys et Lamina Technologies sur son site. Sa proximité avec la HEIG-VD favorise le transfert d'innovation. Le parc héberge aussi un incubateur, Y-START, et une douzaine de startups à grand potentiel comme ecoRobotix, Sensiwall ou Lambda Health System. L’arrivée de Kindercity en 2018 devrait fortement renforcer la palette des infrastructures proposées avec un coworking et un fablab.

Suite aux présentations, les participants ont eu l’opportunité de rencontrer les responsables des parcs d’innovation présents sur leurs stands respectifs, tout en se restaurant. Au terme de la première édition de cet événement, il apparaît que les parcs d’innovation vaudois proposent aux entrepreneurs une palette très complète des plateformes techniquement avancées et de compétences de pointe qui seront à même de développer les projets innovants de demain.

Rédigé par Eugène Schön