Portrait d'entreprise - KB Medical LIFE SCIENCE

Opérer avec précision dans les zones ultrasensibles de la colonne vertébrale : telle est l’ambition de KB Medical, une spin-off de l’EPFL fondée en 2012 sous l’impulsion de Szymon Kostrzewski, Doctorant et CTO. « La technologie développée par KB Medical émane d’une problématique rencontrée par le docteur John Duff, neurochirurgien du CHUV spécialisé dans la chirurgie des vertèbres cervicales, qui souhaitait pouvoir placer des implants dans ces vertèbres avec minutie », indique le CEO Jean-Marc Wismer.

Au bénéfice d’un investissement de 4 millions de francs à son lancement, KB Medical a développé un système robotique doté d’un logiciel qui offre une grande précision, en particulier dans les approches dites « mini-invasives » des opérations rachidiennes. « Le fonds de départ de 4 millions a permis de s’entourer de personnes expérimentées, poursuit Jean-Marc Wismer. Une consultation des acteurs de l’industrie et du monde médical à travers le monde pendant les 6 premiers mois a contribué à la compréhension des différents besoins des parties prenantes et nous a orienté dans le développement de notre produit : le AQrateTM Robotic Assistance System.»  

Comment Innovaud vous a-t-elle aidée ?

Innovaud nous a aidé à travers le réseau platinn, spécifiquement pour la mise en place de procédures complexes liées à l’industrialisation du produit et au domaine dans lequel nous évoluons. Le monde médical est fortement réglementé et, en plus des contrôles qualité et des homologations de type ISO 13485, les processus liés à l’assemblage des robots que nous produisons doivent être particulièrement bien définis. Innovaud nous a aussi récemment orienté vers des investisseurs pour notre recherche de fonds, qui a abouti à l’obtention d’un prêt de la fondation pour l’innovation technologique (FIT) et une récolte de 2,5 millions de francs en octobre dernier. Cette somme va notamment nous servir à obtenir l’homologation FDA aux Etats-Unis, pour pouvoir œuvrer sur le territoire américain.  

En quoi votre produit est-il innovant ?

Les risques des opérations sur la colonne vertébrale sont importants, puisque quelques millimètres suffisent pour paralyser une personne ou provoquer une hémorragie critique. Le robot garantit au chirurgien la trajectoire établie pour le perçage des trous dans les vertèbres, malgré les contraintes des tissus qui exercent des forces pouvant faire dévier cette trajectoire. Le robot se comporte comme un assistant du chirurgien offrant un pilotage haptique (par retour de forces) très intuitif, qui permet d’atteindre facilement et rapidement la trajectoire désirée, puis de conserver la position spatiale de l’instrument grâce à une rigidité active. C’est l’innovation majeure de notre produit, qui se comporte finalement comme un exosquelette, venant en soutien actif à la personne qui l’utilise. Cette caractéristique unique du système induit que le chirurgien n’a pas besoin de modifier sa façon d’opérer ; c’est le robot qui s’adapte au geste chirurgical.

Où en êtes-vous actuellement ?

Nous sommes dans un processus visant à développer la version 1.2 de notre logiciel, qui sera celle que nous commercialiserons à l’été 2017. Nous avons fait des essais cliniques avec 4 chirurgiens utilisant le robot actuel doté de la version 1.1, mais nous ne proposons pas encore cette version sur le marché. La somme de 2,5 millions de francs récemment récoltée va nous permettre de développer la nouvelle version du logiciel, d’obtenir l’homologation sur le territoire américain, mais aussi nous aider dans la recherche de partenaires commerciaux stratégiques pour la commercialisation et la distribution de notre produit. Dans l’idéal, nous aimerions trouver un partenaire qui possède un produit complémentaire au nôtre, comme par exemple un système de navigation, des instruments chirurgicaux ou des implants.    

Quels sont les projets de KB Medical ?

Notre produit, basé sur une plate-forme technologique matérielle et logicielle large et fortement brevetée, est très évolutif, et nous comptons implémenter régulièrement de nouvelles fonctionnalités. Le système robotique peut également être utilisé dans le domaine de la neurochirurgie du cerveau et dans la chirurgie orthopédique. Notre priorité reste toutefois celle de la chirurgie rachidienne de précision, mais c’est le type de partenariat que nous établirons qui orientera le développement de notre activité.

Rédigé par Dimitri Kas

www.kbmedical.com