Portrait d'entreprise - Neo Medical LIFE SCIENCE

Simplifier l’équipement des opérations de fusion lombaire ! Telle est la mission de Neo Medical SA, entreprise fondée début 2013 et gérée par les Co-CEO Jonas Larsson et Vincent Lefauconnier. « Aujourd’hui, il faut jusqu’à 450 types de vis et de 7 à 15 boîtes d’instrumentations selon l’approche chirurgicale (chirurgie à ciel ouvert et mini-invasive) pour que le chirurgien puisse avoir à portée de main toutes les possibilités lors d’une opération du dos, indique le Co-CEO Jonas Larsson. C’est un appareillage coûteux, complexe, qui nécessite une organisation logistique poussée et n’écarte pas le risque d’infection. Nous amenons sur le marché une solution simple qui pallie ces inconvénients : une boîte d’outils stériles à usage unique, composée de 5 instruments et 14 vis différentes, offrant les mêmes possibilités que la pléthore d’instruments et de vis actuellement utilisés. »     

De taille réduite, facilement transportable et directement prête à l’usage, cette boîte d’outils est une véritable innovation made in Switzerland. « Notre produit a été développé et est fabriqué en Suisse. Il bénéficie à toutes les parties prenantes d’une opération : le chirurgien gagne en facilité d’usage des instruments et en rapidité opératoire. L’hôpital n’a plus besoin de stériliser le matériel, car il est déjà stérilisé dans la boîte et le risque d’infection est considérablement réduit pour les patients ! Même les distributeurs optimisent leur logistique, car notre solution est beaucoup moins encombrante que les boîtes d’outils actuelles. Une étude indépendante, réalisée par l’université technique de Braunsweig (Allemagne), indique que cette solution permettrait une réduction de l’empreinte écologique d’environ 75% par rapport aux systèmes actuels ! »    

Comment Innovaud vous a-t-elle aidée ?

Innovaud nous a aidé dès 2014, en nous proposant du coaching via le réseau platinn, ainsi qu’en nous mettant en relation avec différents intervenants locaux, en particulier pour les aspects liés au financement. Innovaud nous a d'ailleurs sélectionné pour présenter notre projet à des conférences d’investissement comme le MedTech Investing Europe (MTIE). Nous avons obtenu des subventions de la part du Service de la Promotion Economique et du Commerce (SPECo).  Innovaud a aussi été à nos côtés en 2016, afin de nous aider à obtenir le marquage CE, condition sine qua non pour la commercialisation de notre produit. Ce marquage nous a ouvert la voie pour travailler avec des chirurgiens de différents pays européens et mettre en usage le matériel lors de premières opérations lombaires. Les tests se sont avérés très concluants !        

En quoi votre produit est-il innovant ?

L’innovation est multifactorielle, car nous simplifions de nombreux aspects de l’acte chirurgical tout en diminuant le risque d’infection et l’empreinte écologique. Notre système est plus facile à utiliser que la panoplie d’instruments classiques. Il est immédiatement opérationnel en cas d’urgence opératoire – car les instruments sont déjà stérilisés – et pallie la possible perte de vis. Nous avons listé 11 améliorations par rapport à la pratique actuelle, et ce pour un coût moins élevé, car il faut savoir que les étapes de stérilisation du matériel pratiquées usuellement sont onéreuses. L’innovation se situe sur ces différents paramètres. 

Où en êtes-vous actuellement ?

Le marché des opérations de vertèbres représente presque 13 milliards de dollars par an. Notre produit touche les opérations de fusion, estimées à quelque 7 milliards de dollars. Nous avons fait une levée de fonds de 6,6 millions de francs en 2016, lors de notre dernier round de financement. Nous sommes, depuis février 2017, dans une phase de commercialisation sur le marché européen, grâce au marquage CE, ainsi que dans les pays non-européens qui reconnaissent ce marquage. Nous travaillons en ce moment pour obtenir les autorisations sur le territoire américain. 

Quels sont les projets de Neo Medical ?

Un autre produit est en cours de développement, qui sera complémentaire de la boîte à outils. C’est une pièce que nous appelons « cage », qui se place entre deux vertèbres à la place du disque. L’élaboration est en cours, pour un lancement probable d’ici la fin d’année.  

Propos recueillis par Dimitri Kas

www.neo-medical.com