« Le potentiel d’un rapprochement entre le Québec et le canton de Vaud est très grand »

Le 13 juin 2022 à l’EPFL Innovation Park à Lausanne - la capitale du canton de Vaud, en Suisse romande et francophone - une délégation représentant l’écosystème d’innovation du canton de Vaud a rencontré la Sous ministre aux Relations internationales et à la Francophonie du Québec, Madame Sylvie Barcelo. Cette dernière était accompagnée par des membres de la Délégation générale du Québec à Munich, l’antenne de la province pour la Suisse. Cette rencontre organisée par Innovaud - l’agence pour la promotion de l’innovation et de l’investissement du canton de Vaud - a permis de premières discussions sur les moyens de créer des ponts entre le Québec et la Suisse romande, et le canton de Vaud en particulier. Cette collaboration pourrait à l’avenir favoriser l’installation et la croissance d’entreprises suisses et québécoises dans ces deux marchés aux atouts complémentaires.

Au sortir de la rencontre, nous avons interviewé Madame Barcelo au sujet de ces premières discussions et évoqué avec elle quelques pistes pour l’avenir.

Madame la Sous ministre, que retenez-vous de votre visite en Suisse et des discussions menées avec la délégation vaudoise ?

Cette visite organisée sous l’égide d’Innovaud a été l’occasion de découvrir la Suisse, et le canton de Vaud en particulier ! Je n’y étais en effet encore jamais venue auparavant. Outre les paysages magnifiques et la langue, le Québec et le canton de Vaud possèdent de nombreuses autres similitudes, qui peuvent favoriser le développement d’entreprises innovantes et à forte croissance dans nos deux pays.

Les atouts de nos régions sont en effet complémentaires pour ces entreprises, qu’elles soient vaudoises ou québécoises. En témoigne la jeune entreprise talent.com qui opère depuis le Québec et la Suisse. Elle a su identifier les bonnes opportunités et les bons talents dans chacun des deux pays, pour croitre et se développer à l’échelle nord-américaine (depuis Montréal) ou européenne (depuis Lausanne). Cet exemple illustre bien le type d’opportunités qu’offre nos deux régions. Nous allons désormais prendre le temps de toutes les identifier, avec la délégation vaudoise et Innovaud en particulier, ces prochains mois. Je me réjouis par ailleurs de savoir, qu’il existe déjà plusieurs collaborations et échanges avec le Québec offrant une grande expertise en innovation et en intelligence artificielle notamment.

« En termes d’innovation, le potentiel d’un rapprochement entre le Québec et le canton de Vaud est très grand. »

Des thématiques abordées lors de la rencontre, lesquelles retenez-vous en particulier, dans un contexte de collaborations possible autour de l’innovation, entre le Québec et la Suisse ?

Le Québec et la Suisse romande sont résolument deux régions dynamiques et complémentaires. Ensemble, elles pourraient offrir de réelles chances pour les entreprises qui veulent innover et croître, en Europe ou sur le continent américain. Un point de nos échanges nous a par exemple mené-e-s sur la piste d’un soutien spécifique à l’arrivée d’entreprises sur nos deux territoires, un travail que Madame Claudie Allaire mène déjà quotidiennement pour la Suisse avec ses collègues, chez Innovaud. Nous avons également évoqué un rapprochement de la Délégation générale du Québec avec la Suisse, et en particulier le canton de Vaud. En termes d’innovation, le potentiel d’un rapprochement entre le Québec et le canton de Vaud est très grand.

D’après-vous, quelles seraient les prochaines actions à mener afin d’accélérer ces collaborations entre nos deux régions ?

Nous avons décidé de prendre le temps d’identifier les domaines d’innovation et programmes gouvernementaux, qui pourraient nous aider à atteindre notre objectif commun, dans un esprit pragmatique. Une rencontre devrait avoir lieu ces prochaines semaines, pour poser ensemble les premiers jalons de notre collaboration, et je m’en réjouis.

De gauche à droite : Maxime Droux, co-fondateur et co-CEO de talent.com ; Victoria Smaniotto, Head of Outreach chez Solar Impulse ; Stéphane Fankhauser, fondateur de l’Agropôle de Molondin ; Ursula Oesterle, VP Innovation à l’EPFL ; Andreane Jordan Meier, cheffe du département de l’économie et de l’innovation du canton de Vaud ; Sylvie Barcelo, Sous ministre aux Relations internationales du Québec ; Elisa Valentin, déléguée générale du Québec à Munich; Massimo Fiorin, Directeur de swiss aeropole ; Claudie Allaire, Key Account Manager chez Innovaud ; Hajer Aloui, conseillère politique et affaires publiques à la Délégation générale du Québec à Munich.